Historique

Dès 1863, la Ville de Bruxelles disposait d’un laboratoire communal. Après plusieurs décennies, le contrôle à l’échelon strictement communal se révéla insuffisant face au développement de l’industrie alimentaire et à la multiplication des fraudes et falsifications. Le Laboratoire intercommunal fut créé durant la guerre en 1916. Il regroupait alors seize communes. Quatre autres communes vinrent s’y ajouter dans les années 30.

 
 
Le Laboratoire en 1919 (ancien Institut d’hygiène – Parc Léopold)

A sa création, le Laboratoire était installé dans l’Institut d’Hygiène au Parc Léopold. Ce bâtiment fut malheureusement démoli et fit place à l’Institut dentaire Eastman. Entre 1920 et 1930, le Laboratoire fut installé à Saint-Gilles. En 1930, il retourna définitivement dans le Parc Léopold en s’installant dans les anciens locaux de l’Institut d’anatomie de l’Université de Bruxelles (bâtiment Warocqué)

Le bâtiment Warocqué (ancien Institut d’anatomie) qui abrite le Laboratoire depuis 1930

Jusqu’après la seconde guerre mondiale, l’activité principale fut la lutte contre diverses fraudes : l’eau dans le lait, le plâtre dans la farine, la margarine dans le beurre, etc. Une grande attention était aussi portée à la propreté du lait. Petit à petit, d’autres considérations prirent le devant. C’est ainsi que le Laboratoire collabora aux premiers mouvements de défense des consommateurs. Actuellement, l’accent est surtout mis sur la protection de la santé des consommateurs. Le Laboratoire contribue à garantir une alimentation saine et sûre à la population. Le contrôle de l’hygiène des établissements du secteur alimentaire sur base de normes européennes strictes est devenu au deuxième millénaire l’activité principale du Laboratoire.

L'évolution de la valise des inspecteurs.

Comments are closed.